Trois implantations ... une même philosophie !

Focus sur le Travail Personnel Accompagné.

Comme chaque année à pareille période, les rhétoriciens finalisent leur Travail Personnel Accompagné (TPA), sur les conseils bienveillants de leur « parrain » ou « marraine », et des courageux promoteurs Eric Lepage, Caroline Toussaint et Stéphanie Lecomte.  

Dès la fin de la cinquième, les élèves ont été invités à choisir un sujet qui leur était cher, en fonction de leurs passions, de leurs hobbies ou de leur projet d’avenir. Ils ont alors pris contact avec un enseignant qui accepte de les superviser.  En accord avec les trois professeurs responsables du cours, ils ont défini une problématique.  Mais l’originalité du TPA ne vient pas uniquement de la recherche documentaire et théorique (ce qui développe ceci dit bien des compétences, notamment l’esprit de synthèse), mais surtout d’une démarche personnelle, qui débouche souvent sur des réalisations concrètes vraiment intéressantes. 

Certains organiseront une exposition, d’autres réaliseront un film ou encore inviteront un conférencier.  Chaque année, de nombreux élèves mettent en évidence un talent ou une facette cachée de leur personnalité.  Ils partagent souvent leurs centres d’intérêt avec leurs camarades et leurs professeurs.  Autant d’expériences enrichissantes pour nos jeunes, qui rendent une école vivante.

Bien des TPA méritent leur place ci-dessous.  Nous avons choisi de donner la parole à deux élèves.  Ils nous parlent de leur projet, et représentent tous les rhétoriciens investis.

Michel Nolevaux

Les ondes nous entourent...

Les ondes nous entourent... C'est un fait ! En permanence : qu'elle soient radio, de GSM ou même lumineuses et sonores (oui, le son et la lumière sont des ondes...). Il s'agit donc de tenter de comprendre un des phénomènes physiques les plus importants de notre société moderne.

Si j'ai choisi ce sujet pour mon travail de fin d'étude, c'est en réalité plus dans la perspective de pouvoir réaliser une série d'expériences complexes que par une réelle passion dans le sujet. En même temps, j'ai pu approfondir mes connaissances dans ce qui sera une partie de mes futures études d'ingénieur civil. Après une partie théorique de mon travail, j'ai décidé, avec le soutien complet de madame A.Fortpied (ma marraine de travail), d'exposer au plus grand nombre possible les expériences que j'ai préparées.

Les jeudi 15 et vendredi 16 janvier derniers, j'ai donc eu le plaisir de présenter à des élèves de troisième à la sixième une exposition permettant de découvrir ces vibrations et de les comprendre ... Saviez-vous par exemple que le son ne se propageait pas dans le vide, qu'on pouvait brouiller facilement une radio, qu'on savait « figer » le temps avec des fréquences identiques ou bien que les détecteurs de mouvement utilisent l'effet Doppler (le même phénomène qui fait que la sirène d'une ambulance nous paraît plus aiguë lorsqu'elle se rapproche et plus grave lorsqu'elle nous a dépassés) ?

Selon moi et tout les professeurs qui ont fait la visite, mon exposition a été un succès : les élèves ont été très participatifs et intéressés. Ma plus grande fierté aujourd'hui serait de savoir que les quelques 160-170 élèves que j'ai eu ont gardé des leçons de mon travail, et surtout, qu'ils sont restés sur la même longueur d'onde que moi... .

De Coninck Gauthier

Vous pouvez découvrir des photos de l'exposition dans notre galerie en cliquant sur ce lien !

Visite de Joseph Weismann au Collège Saint-André :

Pour mon TPA, j'ai choisi de travailler sur le thème de la seconde guerre mondiale et plus particulièrement sur un témoin de cette époque : Joseph Weismann.
Il y a quelques années, j'ai vu le film La rafle de Rose Bosch qui relate l'histoire de Joseph Weismann. J'ai alors cherché à savoir ce qu'était devenu ce petit garçon qui s'était évadé. C'est la raison pour laquelle j'ai lu le livre qu'il a écrit, Après la rafle, lequel m'a beaucoup émue. À partir de ce moment, le sujet de mon TPA m'a paru évident.

J'ai donc invité Joseph Weismann à venir témoigner le 6 février au Collège. Ce monsieur (qui a maintenant 83 ans) a capté l'attention de nombreux élèves présents dans la salle de spectacle. Il nous a émus pour le récit de son arrestation lors de la rafle du Vel d'Hiv, et de son évasion. Il témoigne depuis de nombreuses années, il a fait environ 150 témoignages partout dans le monde et ce devant des jeunes par « devoir de mémoire » et nous donne les valeurs de courage et d'humanité.

Il est vrai que c'était un travail obligatoire mais je ne l'ai absolument pas pris comme tel. C'était un plaisir et surtout un honneur de travailler sur un sujet et un homme comme celui-ci. Ce fut un travail enrichissant aussi bien sur le fait d'avoir approfondi mes connaissances sur cette deuxième guerre mondiale et sur ce monsieur, mais aussi pour mon expérience personnelle.
Je pense que le témoignage de ce monsieur a changé la façon de penser de certains. C'est le cas en tout cas pour moi et ça m'a fait grandir. Je ne cherchais pas uniquement à changer notre façon de penser, mais aussi de faire prendre conscience de notre chance car nous nous plaignons trop souvent pour des bêtises alors que certains ont vécu un véritable enfer. Je voulais également faire réagir les gens pour qu'ils prennent conscience des faits historiques.

Je vais terminer sur cette phrase, citée par Joseph Weismann lui-même lors de son témoignage et qui lui tient très à cœur : « Cela devrait être votre ligne de conduite, tout au long de votre vie : à quelque moment que ce soit dans votre vie, n'acceptez pas l'inacceptable ».

Alexandra Di Filippo

La video de ce témoignage dans notre article : Rencontre avec un témoin de la mémoire