Trois implantations ... une même philosophie !

L’Intime Festival : une ouverture à la culture...

Nos classes de 5tQ électricien-automaticien sont engagées cette année dans un partenariat avec le théâtre de Namur. Ainsi, l'Intime Festival à l'école nous donne la possibilité de vivre cinq expériences culturelles dans des domaines artistiques variés...

Après la lecture en public par deux acteurs professionnels d'un chapitre de Ce qu'est l'homme de David Szalay et la rencontre d'une jeune vidéaste, Lou Colpé, nous avons eu l'opportunité d'échanger avec Capucine et Simon Johannin à propos de leur roman Nino dans la nuit.

Nous avons eu la chance de pouvoir disposer du livre en avant-première. C'est ainsi que, durant le mois de janvier, nous nous sommes attelés à la lecture de cet ouvrage peu conventionnel, écrit dans un langage direct et familier, parfois vulgaire, qui raconte l'histoire d'un jeune homme dans la dèche. Pour se soulager, il consomme de l'alcool, du sexe et même des substances illicites. No future ? Il tente pourtant de s'en sortir : il cumule les petits boulots, se livre à quelques trafics douteux et vole régulièrement la société, qu'il juge responsable de sa misère. Mais c'est un jeune homme attachant, entouré d'une bande de copains hauts en couleur...

Une fois l'ouvrage en tête, nous avons rédigé plusieurs questions à poser aux auteurs. Enfin, le jour J, nous avons pris le train vers Namur et nous nous sommes rendus à l'Institut Saint-Louis.

On peut sans hésiter dire que la rencontre avec Simon et Capucine Johannin s'est vraiment bien déroulée ! Nous avons particulièrement apprécié le naturel avec lequel ils nous ont accueillis. Ce sont deux jeunes qui ne se prennent pas la tête et qui nous ont encouragés à poser nos questions sur le livre, mais aussi sur leur statut d'écrivain.
Au début, ils n'étaient pas forcément plus à l'aise que nous, mais ils ont su nous mettre en confiance et ont répondu à des questions sur des sujets qui auraient pu en gêner plus d'un. Ainsi, ils ont évoqué sans tabou la sexualité de leurs personnages (et par la même occasion celle des jeunes), en n'hésitant pas à faire de la prévention, comme lorsqu'ils ont évoqué la drogue, souvent consommée pour oublier les problèmes.
Nous avons par ailleurs appris que l'histoire racontée est une fiction partiellement inspirée de faits réels tirés de la vie des auteurs. Ceux-ci nous ont également expliqué comment ils travaillaient à deux sur le livre, ce que chacun apportait à l'autre. Ainsi, Capucine est très ouverte d'esprit ; c'est elle qui propose les idées. Quant à Simon, il les couche sur papier, car il dispose d'une facilité d'écriture et d'un style particulièrement adapté à un lectorat jeune. Nous avons d'ailleurs pu remarquer qu'ils étaient très complices et cela faisait plaisir à voir. Ce sont aussi des gens optimistes, qui ont des projets et qui y croient. De chouettes personnalités ! Autre bon moment : celui durant lequel Simon Johannin nous a lu un extrait de son livre.

La rencontre s'est terminée sur une séance de dédicaces très sympa car les auteurs ont pris le temps d'échanger personnellement avec chacun d'entre nous... parfois avec beaucoup d'humour ! Au final, on se rend compte que des écrivains peuvent être cools et accessibles. A refaire !

Compte-rendu écrit par les classes de 5TQa et 5TQb.

PS : Un tout grand merci à La Joyeuse pour le soutien apporté à notre démarche de lecture. Merci aussi à Chloé Colpé et à Cécile Delvigne, du Théâtre de Namur, pour la chance qu'elles nous offrent de vivre ces expériences culturelles.