Trois implantations ... une même philosophie !

Slam in Dignity - Merci

Ce samedi 9 mai, à la Maison de la Culture de Namur, s'est terminée une belle aventure.
Tout avait commencé quelques mois plus tôt. Comme les élèves de 5-6TQ géraient cette année un Jeune Magasin Oxfam, ils ont été invités à participé au concours Slam in Dignity...

Il s'agissait de créer un slam en rapport avec les thématiques chères à Oxfam et de le présenter sur scène lors d'une grande soirée de clôture. Les élèves, déjà un peu initiés à la poésie et ayant manifesté des aptitudes certaines pour jouer avec les rimes, ont accepté de se lancer. Très vite, nous avons eu la bonne surprise de voir deux enseignants – Karim Lahbib et Sylvain Martini – rejoindre le projet pour la partie musicale.

Le thème que nous avons retenu fut celui de l'accès à la nourriture. Simon Lafineur, salarié d'Oxfam et organisateur du concours, est venu nous aider à creuser un peu cette thématique. Ensuite, on a laissé mûrir nos idées chacun dans notre coin avant de se lancer dans l'écriture. Ce furent trois heures de travail frénétique. Toute la classe s'y est mise, proposant des vers que nous assemblions comme un puzzle.

Voici la version finale de leur texte (et là, j'insiste car la prof de français que je suis n'est pas auteure de plus de deux vers dans ce texte !) :

Manifeste de l'inégalité

[Premier intervenant, tenant un sandwich à moitié entamé :]
- « J'ai trop mangé
Je n'peux plus rien avaler »
[Second intervenant, l'air pauvre et miséreux :]
- « J'ai trop faim
Tu me donnes un bout de pain ? »
[Premier intervenant, jetant son sandwich en lançant à l'autre un regard hautain :]
- « Jamais de la vie, je préfère le jeter
Si tu veux manger, tu n'as qu'à travailler »

[Troisième voix, lançant vraiment le slam :]

On produit assez pour 12 milliards de personnes
Pourtant beaucoup de ventres creux résonnent.
De l'Afrique à l'Asie et même par ici
Il y a de plus en plus de démunis.

[Refrain :]
Quand on parle de la pauvreté
On peut penser « C'est des clichés »
Mais il y a toujours une part de vérité.
Au bout du chemin
Certains crient « On a faim » !

On gaspille l'argent qu'on a
Alors qu'eux n'en ont pas.
Au lieu de les aider,
On les laisse s'enfoncer...
Plutôt que de continuer notre gaspillage,
On devrait appliquer le partage !
Ne nous conduisons pas en sauvages
Ne les laissons pas au bord du naufrage.
Nous sommes tous des êtres humains ;
Notre devoir est de leur tendre la main.

[Refrain ]

D'où viennent toutes ces tristesses ?
Est-ce juste à cause des sécheresses ?
Partout dans le monde il y a des gens en détresse...
Trop de gens puissants
Ont détruit les paysans
En leur volant leurs champs...
Et la suite, vous la connaissez ?
Ces gens quittent leurs maisons
Vers d'autres horizons
Car cultiver pour les agro-carburants, c'est une torture.
Donner toutes leurs récoltes pour des voitures...
Pour eux, ce n'est pas le futur,
C'est perdre trop de nourriture !

[Refrain ]

Agriculture traditionnelle
Contre agriculture industrielle,
C'est David contre Goliath.
Mais qu'ils ne soient pas seuls à se battre !
Ceux qui travaillent pour nous autant,
Ce sont les paysans.
Pour les sauver, il est encore temps.
Que notre slam ne vous incite surtout pas
A baisser les bras.
Ne soyons pas fatalistes,
Des solutions existent !

[Refrain ]

Le rôle d'Oxfam
Est d'aider hommes et femmes
A gagner justement leur vie
Au lieu d'exister en sursis.
Aux quatre points cardinaux,
On est tous dans le même bateau.
Le commerce équitable
Peut nous être à tous profitable :
Pour nous, des produits éthiques et sains sur notre table,
Pour eux, un salaire et des conditions de vie acceptables.

[Refrain ]

Ouvrir le frigo pour trouver à manger :
Un geste simple de notre quotidien de privilégiés.
Ces gens-là n'en demandent pas tant,
Ils cherchent juste à manger de temps en temps.
Si aujourd'hui tu contribues à atténuer le malheur,
Demain on connaitra un monde meilleur.
Certains sont moins chanceux,
Mais tu aurais pu être l'un d'entre eux !

Nous avons répété, répété et répété encore. Nous avons présenté ce slam devant les deux-tiers de l'école avant de partager un petit déjeuner équitable avec ces autres élèves, quelques professeurs et les membres du PO qui ont eu la gentillesse de venir.

Enfin, le grand jour est arrivé (La vidéo est en visible en suivant ce lien).

Slam_Equipe.jpgNaomie Taton, Denise Palermo, Lisa Dehon, Jodie Moïse et Florence Preumont (dans l'ordre de la photo), mes cinq courageuses, sont montées sur la scène de la Maison de la Culture de Namur pour présenter leur slam. Autant vous dire qu'elles ont été formidables ! Et si, après beaucoup d'hésitations, le jury leur a préféré le texte produit par des élèves dinantais, les éloges qu'elles ont reçus étaient à la hauteur de leur prestation. Regardez leur vidéo, ça vaut le coup d'œil...

Je tiens en en tout cas à écrire encore une chose : MERCI, les filles ! Vous avez été exemplaires, disponibles, motivées, courageuses,... J'ai vécu avec vous le plus beau projet de ma carrière. Il n'y a pas un instant où je n'ai pas été fière de vous ! Encore bravo, mesdemoiselles !

Sarah Barthélemy