Trois implantations ... une même philosophie !

Editorial juin 2016 - Tolérance et solidarité

Malgré l'approche des grandes vacances, de l'été, du soleil, de l'Euro, ces temps sont marqués d'une grande morosité que tous les acteurs de l'enseignement ressentent au quotidien, comme le perçoivent aussi tous les citoyens attentifs à l'évolution de notre société...

Il y a, c'est sûr, les effets économiques et sociaux de la crise.
Il y a aussi cette grogne, de moins en moins latente, qui pousse régulièrement à râler sur tout et à ne plus envisager que son petit cas personnel, un peu comme si les terribles attentats de Paris et Bruxelles avaient dicté à chacun l'urgence de penser avant tout à soi et aux siens, de ne penser qu'à soi et aux siens.
Ce repli égoïste n'est pourtant pas la solution : il ferme les yeux, occulte la réalité, efface l'autre, modifie la compréhension du monde, de ses principes et de ses règles... Bref, il abêtit ! Il va ainsi à l'encontre des missions de l'école.
Je préfère de loin l'ouverture, la découverte, la bienveillance, le respect.
Ces quatre valeurs, piliers du CSA, sont aussi des valeurs universelles, tant chrétiennes que musulmanes. En témoignent ces quelques extraits d'un poème de Nizar Kabbani, sans doute le plus grand poète en langue arabe du XXe siècle, Syrien mort avant d'avoir sous les yeux la désolation de son pays écrasé et ruiné par la guerre civile.

Ne vous en déplaise.
J'entends éduquer mes enfants à ma manière, sans égard pour vos lubies ou vos états d'âme...
Ne vous en déplaise,
J'apprendrai à mes enfants que la religion appartient à Dieu, et non aux théologiens, aux Cheiks ou aux êtres humains.
Ne vous en déplaise,
J'apprendrai à ma petite que la religion, c'est l'éthique, l'éducation et le respect d'autrui, la courtoisie, la responsabilité et la sincérité.
  Sauf votre respect,
J'apprendrai à ma fille que Dieu est amour, qu'elle peut s'adresser à lui sans intermédiaire, le questionner à satiété, lui demander ce qu'elle souhaite, loin de toute directive, de toute contrainte (...)
Ne vous en déplaise,
J'enseignerai à mon jeune fils que faire du mal à autrui ou le mépriser pour sa nationalité, sa couleur de peau ou sa religion est un grand péché honni de Dieu...
Ne vous en déplaise.

 

Heureusement, tout n'est pas perdu : les pages qui s'ouvrent ci-après vont vous permettre de (re-)découvrir combien nos élèves, jeunes et moins jeunes, ont des leçons à donner aux adultes: des leçons de courage, d'intelligence et de talent, des leçons de modestie, de tolérance et de solidarité. Merci à eux pour tout cela. C'est rassurant !

Bonnes vacances.

Damien AVET